MEDIA PARTNER

CMI CMI CMI CMI CMI

Lavoro nero: a Monte-Carlo tolleranza zero

Nell’ambito degli appuntamenti mattutini organizzati dalla Jeane Chambre Economique di Monaco (JCEM) è intervenuto, lo scorso 6 ottobre, il Consigliere del Governo – Ministro degli Affari Sociali e della Salute Didier Gamerdinger, invitato a spiegare il ruolo del Principato nella lotta al lavoro non dichiarato. “A Monaco, non è accettabile il lavoro in nero, e ci adoperiamo con tutti i mezzi affinché i lavoratori siano tutelati secondo le norme vigenti” ha detto il Consigliere. Nel corso del suo discorso, sottolineata inoltre l’utilità, nel settore delle costruzioni,  di una nuova procedura creata per garantire la sicurezza dei cantieri: si chiama “carta professionale” e prevede tutta una serie di controlli sulla corretta applicazione delle regole previste. Per esempio, in caso d’infrazione da parte del datore di lavoro è applicata un’ammenda di massimo 9000 euro. Per saperne di più alleghiamo il comunicato trasmesso dalla Direzione della Comunicazione.

Ce vendredi 6 octobre 2017, Didier Gamerdinger, Conseiller de Gouvernement-Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, était l’invité d’un petit-déjeuner débat organisé par la Jeune Chambre Economique sur le rôle de l’Etat dans la lutte contre le travail dissimulé. Il y présentait la politique du Gouvernement en la matière : la Principauté est vigilante sur le sujet et se mobilise afin d’obtenir un taux de travail non-déclaré parmi les plus faibles d’Europe. En propos introductif, le Conseiller Gamerdinger rappelait que le travail dissimulé constituait une rupture : ” Tout le monde est perdant : les salariés, les employeurs qui jouent le jeu, les caisses sociales, l’Etat. Le message du Gouvernement est clair et ferme : le travail non-déclaré n’a pas sa place en Principauté “. Des contrôles ont été opérés sur près de 1.400 personnes au cours de l’été, principalement dans les secteurs du bâtiment et de la restauration. Ces opérations sont menées par l’Inspection du Travail en synergie avec la Direction de la Sureté Publique, dans un climat apaisé. Le dispositif peut être, au besoin, complété par des contrôles menés par la Division de Sécurité Sanitaire et Alimentaire. Un nouvel outil vient par ailleurs simplifier les contrôles menés par l’Etat dans le secteur de la construction : l’édition d’une carte professionnelle du bâtiment. Dans les faits, toute infraction se solde par une exclusion immédiate du chantier. La procédure est ensuite transmise au Parquet. La sanction – qui est appliquée à l’employeur, jamais au salarié – peut aller jusqu’à 9.000 € d’amende en cas de récidive. Concluant son intervention, Didier Gamerdinger a rappelé que le salarié non déclaré, sans couverture sociale, ni assurance en cas d’accident du travail, se retrouve dans une précarité extrême. Avant de répondre aux questions de l’assistance, il a signalé : ” Le Gouvernement mène une action d’ampleur, significative et méthodique et entend bien poursuivre ses contrôles “. Pour mémoire, la Principauté compte 56.000 salariés dans le secteur privé pour 35.000 habitants. Une raison de plus pour l’Etat d’être particulièrement attentif à ce que chacun joue le jeu.

Commenti da Facebook

Post Author: Maria

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *